SWTOR - The Vong Invasion

Alors que la guerre froide règne entre l'Empire Sith et la République Galactique, la galaxie subit l'invasion des Vongs.
 
AccueilS'enregistrerConnexion
Autopassion.net le site ddi  l'automobile cr par ses utilisateurs
Partagez | 
 

 Del Tarrk [Fiche terminée]

Aller en bas 
AuteurMessage
Del Tarrk
Nouveau - Nouvelle
Nouveau - Nouvelle
avatar
Date d'inscription : 01/11/2018
Messages : 8
Masculin
Espèce : Humain
Faction : Cartel Hutt
Classe : Mercenaire
Crédits : 0
Infos fermées
MessageSujet: Del Tarrk [Fiche terminée]   Ven 2 Nov - 20:38

Identité

Nom : Del. Anciennement Brill.
Prénom : Tarrk.
Age : 34 ans.
Race : Humain.
Faction : Indépendant - Cartel Hutt.

Classe/Métier : Jedi Noir/Mercenaire - Membre des forces spéciales de l'alliance galactique.
Orientation sexuelle : Hétéro.
Avatar : Turkey - Axis Powers : Hetalia.

-----

Descriptions

Psychologie :

Je suis zen. Un type posé. J’ai pas l’habitude de me prendre le chou en général. Pas un mot plus haut que les autres. Pas la grosse tête pour un sou. Sérieusement, tu peux pas faire plus simple comme gars. Ça peut faire bizarre pour un jedi noir, mais il faut bien deux ou trois têtes qui sortent parfois des stéréotypes. D’ailleurs, je peux me targuer d’être sociable. Un mercenaire doit l’être un minimum de toute façon. Je suis donc souriant et agréable. Par contre, je suis très taquin et beaucoup moqueur. On l’devine facilement à ma gueule de gros fumier, qu’on me dit. Pas très glorieux hein ? On va dire que c’est la vie qui est ainsi faite. Je m’en plains pas trop et ladite gueule de connard m’évite parfois des problèmes. Qui aimerait se frotter à un type qui a l’air louche de prime abord ? Personne, héhé.

Paradoxalement, comptez pas vraiment sur moi pour que je sois un modèle de vertu et surtout pas dans une galaxie aussi pourrie jusqu’à ses zones encore inexplorées. On peut même dire de moi que je suis un putain de salaud à faire des coups de putes quand on s’y attend le moins. C’est rigolo d’ailleurs, les coups tordus pour le fun. Sur ma sale gueule, on peut parfois voir de gros sourires malsains et railleurs qui en disent long. C’est la toute la subtilité de mon caractère d’ailleurs : Si je ne suis pas un gros rustre violent qui ne pense qu’à faire du mal et du sale partout où il passe, il peut m’arriver d’être un vrai fils de pute, ce qui fait de moi un mercenaire par excellence et un bon jedi noir à ce niveau-là : Quelqu’un qui ne pense qu’à sa gueule, à son plaisir et à sa liberté au final. C’est fou ça, hein ?

Sexiste et terriblement pervers. Un tout qui fait de moi une vraie enflure aux yeux des femmes en général. Je ne vais pas jusqu’à bomber le torse devant une meuf bien roulée, mais j’aime bien les taquiner (parfois très méchamment), surtout sur leurs jolies formes. Toutefois, il peut m’arriver parfois de céder à mes pulsions et d’abuser de quelques « brebis » que j’rencontre çà et là… Mais c’est pas ma faute. Encore une fois, c’est la vie qui est ainsi faite, hé ! Pis, entre nous, mieux vaut se faire éclater le derrière plutôt que de se faire tuer par mes soins. Faut bien avouer que je suis un mec vraiment compréhensif et sympa. Après, ladite brebis ne peut plus s’asseoir pendant deux semaines, elle n’aura qu’à s’en prendre à elle-même et à maudire sa joliesse ainsi que tout ce qui va avec. Enfin… Je dis ça, je dis rien…

Bien entendu, il y a des choses que je ne tolère pas à un moment donné :

Qu’on me prenne pour un con trop longtemps ou qu’on me sous-estime trop.

Vous voilà prévenus.
Physique :

Le premier truc qu’on remarque chez moi, c’est que j’suis un grand pour un simple humain. Une vraie armoire à glace si on ne me compare pas à d'autres races. J’dois faire deux mètres à tout casser. Ou plus. Je sais pas. Je sais plus. J’ai pas la gueule d’un mec qui se mesure en même temps. J’ai pas que ça à faire surtout. Toujours est-il que j’suis une vraie montagne et que ça force généralement le respect chez mes pairs de même race. J’aurai pu une être une longue perche, sauf que je suis imposant. Très imposant. Une montagne ambulante de muscles assez saillants. Du genre cent kilos voire plus. Et ça me va plutôt bien.

Malgré mon gabarit imposant, je suis pas non plus moche. On dit même que je suis "mignon". Un vrai beau gosse qui a du charisme. Qui en impose. Mais qui a en même temps une tronche d'odieux connard, pour nuancer toutes les fleurs qu'on peut me jeter ça et là. Après, je suis pas non plus du genre à brailler que je suis moche, mal fait, mal bâti : Mâchoire carrée, nez mutin, yeux vairons… La totale quoi. Bon d’accord, mes cheveux bruns et mi-courts sont toujours en pétard, mais on s’en fou un peu quoi. C’est comme ma barbe des trois jours. Ça m’donne un air sauvage qui plait. Et là encore, c'est les gens qui le disent.

J'ai la peau un peu bronzée, mate. Parsemée de diverses cicatrices en tout genre. Parce que la baston, ça me connait. J’ai une voix grave, puissante, une démarche rapide et une posture généralement désinvolte qui ferait parfois penser à un gros rustre sans manières ou à un idiot fini facilement exploitable. J'ai quelques tatouages sur mon dos qui n'ont aucune significations particulières. Ce sont juste des envies du moment que j'ai assouvi sans pour autant les regretter. D'ailleurs, on les voit carrément jamais, puisque je suis constamment vêtu. Côté vêtements, je suis d'ailleurs sobre. Je n'ai pas de style particulier.

Je n'ai même aucun problème et il m'arrive de m'adapter au style vestimentaire de la planète sur laquelle je suis pour mieux me fondre dans la masse.

On me surnomme parfois le caméléon et c'est pas vraiment usurpé.
-----

Histoire

Mon père était un fonctionnaire corrompu sur Coruscant. Rien que ça, ouais. Il était imbu de sa personne, peu scrupuleux et surtout un gros con qui se pensait intouchable. Femme au foyer et de nature très discrète, ma mère était tout le contraire de mon père. Durant mes jeunes années et malgré mon caractère assez insouciant, il m’arrivait parfois de me demander ce qu’elle avait trouvé à un type pareil ; mais avec le recul et ce qui s’était passé par la suite, j’avais facilement trouvé ma réponse : Elle dépendait financièrement de lui. C’est d’ailleurs à sa chute que je l’avais vite compris. L’une de ses affaires avait mal tourné et l’un de ses acolytes l’avait dénoncé auprès des instances judiciaires. Une enquête s’en était suivie et le vioque avait fini lamentablement sous les verrous. Ses biens et possessions furent alors saisis et ma mère et moi finassâmes pratiquement à la rue pour ne pas dire vers les bas-fonds de Coruscant. Une histoire banale comme on en croise souvent sur le joyau du monde des noyaux. Mais une histoire somme toute triste et abominable.

C’est la joliesse de ma mère qui nous épargna la mort. Il faut dire que les bas quartiers de cette planète étaient réputés pour être malfamés et particulièrement invivables. Ma mère se réfugia docilement sous la coupe d’un criminel qui touchait un peu à tout : Proxénétisme, contrebande, drogues etc. Complètement gâtée par dame nature, elle fut pendant un moment l’amante de l’homme, nous assurant ainsi un train de vie plus qu’acceptable ; mais après une bonne année, ce dernier se lassa d’elle et l’obligea à tapiner pour son compte. Ma mère fut donc réduite à être une simple prostituée. Mais même sous cette condition, elle réussit plus ou moins à m’élever et me protéger, même si l’appartement dans lequel nous vivions ne se réduisait qu’à une pièce miteuse, humide et constamment sombre. Une vraie dégringolade sociale ! Son seul souhait était tout de même de me protéger d’une vie accablante et misérable, ce qu’elle ne put faire longtemps puisqu’elle succomba des suites d’une maladie vénérienne mal traitée.

Son ex-amant ou plutôt son mac déplora sa mort (Faut dire qu’il gagnait beaucoup d’oseille avec elle) et décida de me sauver à sa façon en me mettant aux fers, prêt à me vendre. Pour se donner bonne consciente, le gros porc n’hésita pas à me faire comprendre qu’il valait mieux qu’il me vende plutôt que de m’abandonner à mon sort dans un monde aussi cruel. De plus, il complimentait énormément ma jolie bouille et insistait lourdement sur le fait que des nobles friands d'esclaves sur d'autres planètes où l'esclavagisme était toléré, pouvaient potentiellement m’acheter. Mais toujours est-il que j’étais devenu un esclave. Puisqu’il était certain qu’il pouvait me vendre à bon prix, mon « sauveur » mit un point d’honneur à bien me traiter et à me garder en bonne condition pour que je fasse bonne figure lors d’une éventuelle transaction. Sans pour autant être un petit prince comme je l’étais avant mes sept ans, j’étais tout de même « épargné » par des besognes classiques et gardé dans un endroit plutôt bien entretenu plutôt que dans une cellule crasseuse.

Mon salut (si on peut dire ça comme ça) vint du passage express d’un jedi dans le coin et pas n’importe lequel : Un jedi noir, carrément ! Ce dernier, client occasionnel de mon sauveur, détecta ma présence dans les environs et vint jusqu’à moi de façon intuitive avant d’arborer un sourire parlant. Del Kavos (C’était son nom) s’était aperçu que j’étais sensible à la force. Il demanda alors à mon propriétaire un test sanguin qui révéla par la suite que mon taux de midi-chloriens était sensiblement supérieur à la normale. Je n’étais peut-être pas une perle rare, mais on n’en était pas loin. De quoi intéresser le jedi déchu qui décida de me prendre sous son aile à un prix plus ou moins correct. Le gros porc à cet instant voulut monter les enchères, mais le sabre laser de Kavos l’en dissuada et c’est presque modestement qu’il accepta ce que son « client » lui tendit comme bourse, avant de me voir le quitter sans pouvoir y faire grand-chose. Pour moi, il s’agissait d’un nouveau tournant dans ma vie et d’un nouveau départ que je ne vis pas forcément d’un mauvais œil.

Nous quittâmes d’ailleurs Coruscant deux jours plus tard. Si Del Kavos était un maitre de la dissimulation qui savait parfaitement camoufler son emprunte dans la force, il ne sous-estimait pas pour autant ses anciens confrères et les redoutait tout particulièrement. Qui plus est, il craignait pour l’investissement imprévu qu’il avait effectué (moi quoi), ce qui le poussa à s’éloigner de Coruscant pour regagner un système moins enclin à lui créer des problèmes : Nous débarquâmes donc quelques temps plus tard à Nar Shaddaa où il avait sa planque et le plus gros de ses affaires. Le voyage m’avait plutôt dépaysé dans un premier temps. J’avais certes changé d’environnement à plusieurs reprises du fait de la descente aux enfers de ma famille –pour ne pas dire la déchéance de ma mère-, mais le total changement d’environnement était déroutant. Il me fallut donc plusieurs jours pour m’en remettre avant de commencer à apprécier petit à petit la vie aux côté de mon nouveau seigneur, tout en commençant à le cerner au fil du temps…

Del Kavos était un ancien jedi pur jus qui décida de quitter son ancienne faction pour raisons personnelles. Le temps m’apprendra finalement qu’il était tout simplement un homme brutal qui avait de très mauvaises fréquentations qui voulait simplement profiter de la vie. Voir « l’autre côté de la force » comme il l’aimait le dire avait été l’une de ses plus grandes motivations et il fallait avouer qu’il s’y complaisait bien vu son usage de ce pouvoir. De fil en aiguille et au regard de la situation galactique générale, l’homme avait fini par se muer en mercenaire qui louait ses services au plus offrant. Le faisait-il seulement pour l’argent ? Bien sûr que non. Le plaisir motivait en grande partie ses actions. La curiosité avait été le principal vice qui l’avait poussé à quitter les siens pour vivre sa vie comme il l’entend et son quotidien, avouons-le, était rarement monotone. Son style de vie ponctué par sa liberté totale m’avait alors émerveillé, si bien qu’il força mon admiration et ce d’autant plus qu’il ne me maltraitait pas réellement.

La seule exception était dans le cadre de mes entrainements.

Lesdits entrainements furent d’ailleurs plutôt laborieux, mais s’avérèrent payants : Bien entendu, la force avait des subtilités qui m’échappèrent encore, mais à l’âge adulte, je fus assez puissant pour être plus ou moins considéré comme l’égal de Del Kavos. Reconnaissait pour tout ce qu’il avait fait pour moi, je décidai malgré mes potentialités (qui auraient pu m’amener à me rebeller et à le fuir pour jouir moi aussi de ma liberté) de rester à ses côtés, non sans porter son nom en son hommage. Ensemble, nous fûmes considérés comme un duo de mercenaires très puissant qui se fit une certaine renommée. Renommée qui parvint aux oreilles d’un Hutt à la tête d’un important empire du Cartel. Ce dernier nous recruta alors en mettant la main à la poche et nous rejoignîmes très rapidement ses rangs sans trop hésiter : Après six bons mois à mener à bien toutes les basses besognes de notre nouveau chef, celui-ci devant nos résultats décida de nous intégrer dans l’alliance galactique quand celle-ci avait besoin d’hommes sur un champ de bataille.

Notre place dans l’armée galactique fut stratégique : Du fait de notre nature assez controversée (Ni siths, ni Jedis), nous fûmes partie des forces spéciales de l’armée et de quelques commandos qui avaient des missions stratégiques bien précises. Là encore, notre efficacité fit parler d’elle. Toutes nos missions furent des succès. Sauf que lesdits succès montèrent à la tête de mon maitre. Imbu de lui-même, ce dernier lors d’une mission voulut prendre la tête d’un commando lors d’une opération qui semblait capoter, mais son plan s’avéra être un échec encore plus cuisant et se solda d’ailleurs par sa mort. Sa perte provoqua notre repli ce qui constitua à peu de choses près mon premier véritable revers. Plutôt secoué pendant un temps par la mort de mon mentor, je restai en stand-by auprès de mon chef, jusqu’à ce que je me reprenne, puis je repris le chemin des champs de batailles. L’idée était de faire mieux que Kavos et de trouver ma propre voie à travers cette guerre presque sans queue ni tête de mon point de vue.

Profiter de la vie sous toutes ses coutures...

M’intéresser à la force sous tous ses aspects…

Des buts qui me semblent plutôt intéressants et qui pimenteraient certainement mon existence.
-----

Biens et Pouvoirs

Possessions :

- Une planque à Nar Shaddaa pour se faire oublier et se ressourcer si nécessaire.
- Deux sabres lasers de couleur violette.
- Des vêtements passe-partout.
- Un holocron sur les connaissances de son mentor sur la force.

Pouvoirs :

- Adepte et expert de la forme Jar'Kai (Utilisation simultanée de deux sabres lasers)
- Expert au corps à corps. Sait cogner comme il le faut et à une force physique supérieure à la moyenne humaine. Ses réflexions physiques et presque surhumains sont en grande partie bonifiés par la force.
- Pouvoirs de la force : Télékinésie, perception de la Force, éclairs de force, dissimulation (où il excelle comme personne d'autre)
Revenir en haut Aller en bas
Yun-Yuuzhan
Joueur(se)
Joueur(se)
avatar
Date d'inscription : 11/02/2018
Messages : 57
Crédits : 0
Infos fermées
MessageSujet: Re: Del Tarrk [Fiche terminée]   Sam 3 Nov - 10:49

Fiche validée !
Félicitation !


Nous te félicitons pour la validation de cette première étape. Tu peux d'ors-et-déjà te lancer dans le jeu ou alors finir de tout mettre bien en place pour l'intégration de ton personnage. À cet effet, petit Rappel des liens utiles :
> Construire son journal de bord - lien
> Faire sa/ses demande(s) de RP, créer des liens - lien


Ensuite, n'hésites pas à te familiariser aux Pièces du Cartel dans la section du même nom, que tu trouveras dans la Cantina (lien) parmi bien des forums dédiés à la détente en parallèle du jeu.


Enfin... BON JEU ! Wink

Le Staff de SWTOR - Vong Invasion
Revenir en haut Aller en bas
 
Del Tarrk [Fiche terminée]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» LADY MASTERMIND ♠ Whatever Gets The Job Done [Fiche Terminée]
» Signaler une fiche terminée
» Matabei ASASUISEI - Shodaime Kazekage || Fiche terminée
» Fiche terminée ? Faites le nous savoir.
» FICHE TERMINÉE | Passage obligatoire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SWTOR - The Vong Invasion :: Accueil :: Personnages :: Présentation :: Présentations validées-
Sauter vers: